Trois quartiers de Lisbonne où le Fado est incontournable

Les quartiers historiques de Lisbonne sont le berceau du Fado et aujourd’hui encore le cœur de la pratique et de l’évolution de ce genre musical. De charmantes et étroites rues pavées relient les collines de Bairro Alto, Mouraria et Alfama aux rives du Tage. La journée, les couleurs et la lumière très particulière de Lisbonne vous émerveilleront certainement mais le soir venu, pour les mélomanes, la saveur est encore d’une autre douceur ! Le Fado se met à résonner de ci, de là, dans des lieux à destination des touristes mais aussi de la population locale et si vous avez la chance de vous trouver au bon endroit, au bon moment vous goûterez peut-être à ce que le « Fado Vadio » (fado vagabond) a de plus authentique !

Point historique
Le Fado est apparu au XIXème siècle et se pratiquait alors dans les tavernes populaires et certains lieux de prostitution. Il représentait une forme de liberté, il y avait une très grande part d’improvisation. Dans les textes des complaintes on trouvait l’expression de la souffrance, parfois de la rancœur ou même une forme de dénonciation du pouvoir. C’est pour ces raisons que sous le régime dictatorial de Salazar (Estado Novo) une censure très rigoureuse a été imposée. L’improvisation et la liberté d’expression en ont pâti mais pas le Fado en soi qui a continué à donner de la voix, même au cours de cette période de censure qui s’est achevée avec la Révolution des Œillets du 25 avril 1974.

Lieux dédiés au Fado par quartier


Mouraria

La première fadiste de Lisbonne qui a marqué l’histoire du Fado est Maria Severa (1820-1846). Elle vivait dans le quartier de Mouraria. L’ancienne maison de la fadiste, située sur la place portant le même nom, a été restaurée et est désormais un bar/restaurant dédié à la pratique du Fado, géré par le Musée du Fado. Elle avait plusieurs amants bien connus dont le comte de Vimioso mais la différence sociale ne permettra jamais que cette histoire ne se concrétise par un mariage. Elle meurt très jeune, à 26 ans. Nait alors le mythe de la première fadiste de Lisbonne !

Bairro Alto
Une autre maison a été rénovée et utilisée comme espace culturel et musée, celle d’Amália Rodrigues, la plus grande figure du Fado, la plus connue, encore à ce jour. A Casa Amália se visite et accueille de beaux concerts dans son jardin. Le soir, nous vous conseillons ces « Casas de Fado » (Maisons de Fado) qui accueillent des artistes de grande qualité et gardent un côté très authentique : « A Tasca do Chico » et « O Canto da Atalaia ». Et enfin, celle qui est considérée par beaucoup comme la meilleure maison de Fado de Lisbonne « O Senhor Vinho ».

Alfama

Le Musée du Fado (Museu do Fado) situé dans le quartier d’Alfama est un incontournable lorsqu’on visite Lisbonne et que l’on s’intéresse au fado. Son exposition permanente sur l’histoire du Fado et de la guitare portugaise est très complète et captivante. Des événements ponctuels avec les meilleurs représentants du genre sont régulièrement organisés. L’espace héberge aussi un centre de documentation très riche, une boutique thématique magnifique, un restaurant avec concerts et une école avec des cours de guitare portugaise et de chant.

La « Rua dos Remedios » tout près du Museu do Fado, accueille aussi nombre de belles adresses « O Senhor Fado », une autre « Tasca do Chico » toute exigüe pour un Fado en toute intimité et enfin la magnifique « Mesa de Frades » qui accueille des artistes de renom.

Véritable terreau de formation de la scène fadiste, tous ces lieux accueillent donc parfois les mêmes artistes que ceux des grandes scènes nationales internationales (comme le Centro Cultural de Belem ou le Coliseu dos Recreios à Lisbonne) et il est précieux de pouvoir les voir et les entendre dans un autre contexte dans ces quartiers historiques. Enfin, il y a aussi toute une pratique amateure, soit dans des Casas de Fado où un.e fadiste amateur.e présente deux-trois fados entre deux sessions professionnelles soit dans des petits restaurants (tascas) dans lesquels il n’est pas rare, en fin de soirée, d’assister à un moment musical hors du temps lorsque le patron ou un client se met à chanter le Fado. Il n’y a plus qu’à aller vérifier tout cela par vous-même !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :